hidden-ominous

Veuillez-vous connecter pour profiter de toutes les fonctionnalités du site

 
     
Mot de passe perdu   S'enregistrer  
_________________________________________________________

Sud Ouest – 9 octobre 2004

Priska Ducoeurjoly – INTERVIEW.

Après la Traverse, les travaux se poursuivent place du XIV-juillet. Jacques de Peretti fait le point sur sa politique en matière d'urbanisme « Sud Ouest ». La saison étant passée, les travaux peuvent redémarrer. La revitalisation du centre-ville se poursuit pour faire de Sarlat une ville agréable à vivre, où l'on aime circuler toute l'année. C'est une orientation différente de celle du secteur sauvegardé. Cela s'inscrit dans une approche urbanistique, c'est à dire plus globale, qui prend en compte l'avenue Thiers, l'avenue Gambetta, la Petite Rigaudie et la place Pasteur. La place Pasteur va se transformer ? Je voudrais dégager la place et en faire un jardin. Un promoteur va construire un immeuble, à l'emplacement actuel des cars, dans le prolongement de celui existant, avec des logements et des commerces au rez-de-chaussée, ainsi que des garages en sous- sol. Nous pourrions profiter de l'opportunité de cette opération privée pour réaliser un parking souterrain refait donc surface ? Pour l'immeuble, le permis de construire sera déposé avant la fin de l'année. Pour parking, on ne sait pas encore. Nous n'en sommes qu'aux études. La Cuze passe sous la place et complique les choses. Ceci dit, il faudra se décider d'ici 2005. Cette opération vise à redonner vie au coeur de ville. Lorsque les automobilistes arriveront place Pasteur, ils verront bien qu'ils sont en ville. La commune est en pleine réorganisation. Comment Sarlat développe son attractivité ?

Sur le plan commercial de l'aménagement de la ville, il y a un chantier important à venir, près de la gare. Les négociations se poursuivent avec la SNCF. Nous essayons de construire, avec les porteurs du projet et l'ensemble des commerçants, une zone qui soit facilement accessible, avec des parkings et beaucoup de végétation. Les entrées de ville se recomposent, notamment à Pré-de-Cordy, où la publicité disparaît. C'est aussi l'amorce de la déviation avec le Conseil général. Mais cela ne va pas se faire en un an... La politique d'aménagement passe également par le Plan local d'urbanisme, où en est-on ? La révision du PLU touche à sa fin. La commission a travaillé pendant deux ans. A la fin de l'année, une enquête publique sera ouverte. On revoit à la loupe les conditions de construction sur tout un tas de secteurs, notamment à La Canéda. Pour La Brande(1), j'entends parfois dire : "comment le maire peut autoriser ça". Le maire a un POS, et à partir du moment où le propriétaire a un terrain constructible, je ne peux rien faire. En revanche, compte tenu de l'augmentation de population dans ce secteur, il faudra probablement élargir les accès, je pense à la route de Temniac, avec une contribution du promoteur. Dans quel esprit se présente le nouveau PLU ? Nous avons défini une vraie politique d'urbanisme. Priorité à l'aération, avec préservation des espaces verts, tout en favorisant le développement de l'urbanisme. Il y a une forte pression sur la ville. Nous n'avons jamais eu autant de demande de permis de construire. La révision du PLU arrive au bon moment. Avec les deux autoroutes, les Toulousains et les Bordelais s'intéressent à Sarlat. Quatre opérations immobilières en cours représentent plus de 400 logements, sans compter les demandes de permis individuelles. Il y a aussi Saint-Joseph, qui pourrait apporter 200 à 300 logements. Saint-Joseph va être reconverti ? Le projet aujourd'hui discuté, c'est la recomposition en résidence et la construction d'un collège moderne à côté. L'association de Meysset(2) est en discussion avec un promoteur. Je suis prêt à les aider, mais la condition est le maintien du collège. Cette résidence pourrait s'entourer de services à l'attention des personnes du troisième âge. Il est en tout cas impossible, pour l'association, de réhabiliter le bâtiment à elle seule. Question subsidiaire : où en est le gymnase que l'on attendait pour 2004 ? Le début de construction du complexe sportif se fera en janvier 2005. Ce n'est pas la SEMIPER qui sera porteuse du projet, mais la commune. Il sera livré en janvier 2006.

(1). Une centaine de maisons et logements sont en construction.

(2). L'association, sous tutelle de l'évêché, est propriétaire de l'établissement privé catholique

Haut de Page